• Scénographe
  • Médiatrice culturelle
  • Artiste Plasticienne
  • Illustratrice

Contact

Situation professionnelle

En recherche d'emploi
En recherche active

Présentation

Souriante, enthousiaste et motivée je souhaite m'accomplir dans les domaines artistiques et culturels.

Mélissia's Art

Parcours d'artistes 2017
23 mars 2017

Bonjour tout le monde.

Aujourd'hui je ne vous présente plus le Parcours d'Artiste.

Le parcours d'artistes  c'est ce week-end le samedi  25 mars de 14 à 20h et le dimanche 26 mars de 14h à 19h.

Vous avez également  la possibilité  de faire des parcours guidé  avec des médiateurs. Les parcours sont gratuits. Vous pourrez retrouvé  les médiateurs  en début  de parcours à  l'église  des trinitaires à 14h et 16h.

Cet année    encore j'expose dans mon atelier.

J'espère  rencontré  plein de visiteurs comme l'année  précédente. Je vous attends avec impatience 😀

Voir l'article
Agissez contre la maltraitance animal
25 août 2016
https://youtu.be/3s6qXfbHpLo
Voir l'article
"Bzzz je ne suis pas une abeille"
21 avr. 2016

Bonjour à  tous voici ma dernière  création  en 20x20cm

Voir l'article
"Libel"
07 avr. 2016

Bonjour à  tous, cela fait vraiment  un moment  que je n'ai pas poster  mes créations  ici. Aujourd'hui je continue la mini série  des En-Collés avec les insectes.  Je vous présente  alors la première  en format  20x20cm en acrylique  comme toujours :)

Voir l'article
Parcours d'artiste 2016
26 févr. 2016
Bonjour tout le monde.

Aujourd'hui je ne vous présente plus le Parcours d'Artiste. Les dernières années vous m'avez découvert en tant de médiatrice. Cette année j'ouvre mon atelier au public. Vous aller enfin pouvoir découvrir des créations qui n'ont pas été publier sur le blog. Voir mes les acheter. D'ailleurs c'est conseiller. Pour ceux qui le savent pas. J'ai aussi mon statut d'artiste. J'ai droit enfin d'éditer des factures. 


Alors une super aventure nous attends. Retrouvez moi chez moi le 18 le 19 et le 20 mars. 





Voir l'article
Bonne année 2016
02 janv. 2016

Bonjour a tous,

Aujourd'hui c'est une nouvelle année qui commence. La seule chose que je peux vous souhaiter c'est d'accomplir vos objectifs, vos rêves. L'espoir c'est une chose mais il suffit qu'un de nos souhait se réalisé pour qu'on se sente poussé des ailes.

Pour ma part, je peux vous annoncer que j'ai enfin pris le statut d'artiste de manière officiel. Donc ça veut dire que j'ai un numéro de Siret et que j'ai le droit d'éditer des factures. Je me diversifie également dans l'illustration. Et enfin je suis a la recherche d'un emploi culturel lier a mes études. Cet dernière sera la tâche la plus difficile.

Je vous laisse prenez soin de vous. Je vous adore.

Voir l'article
Exposition et vernissage.
27 nov. 2015
Je vous propose de venir découvrir ma série des En-collés.






Vernissage prévu le jeudi 3 décembre à 18h
L'exposition aura lieu du 25 novembre à 20 décembre.

HALL PARTAGE
Horraire d'ouverture : 9h à 19h
Du lundi au samedi
Florian Besset Meneur de Projets
Téléphone : + 33 (0) 6 22 26 29 61
10 rue de l’Abreuvoir
57000 METZ

Voir l'article
Diplomée
09 oct. 2015
Je suis officiellement diplômée d’un Master 2 Art de L’exposition et Scénographie

Et oui je suis fière de moi. Donc je montre ma joie :D
Voir l'article
BBQ Gam Jam
25 sept. 2015
Il y a quelques semaines j'ai pu participé à nouveau a une Gam Jam, cette fois-ci elle était BBQ. Moins de 24h pour créer un jeu sur le thème 


SUSPENSE




de la 



SUSPENSE



SAUCISSE


Et oui c'était ça le sujet. Bah avec notre équipe Aux Frontière du Pixel  composé d'un devellopper Sébastien Kanarek , d'un sound Designer Thomas Willaume et deux illustratrices Nathalie Blae et moi-même nous avons pu élaboré un super jeux.

BBQ Madness : Save the sausages.

Nous n'avons pas été très original, car pratiquement toutes les équipes sont parties un peu sur le barbecue. Mais c'est pas grave c'était fun. on s'est bien amusé.

Donc si vous voulez jouer à notre jeux vous pouvez le télécharger à partir de ce lien :

(vous pourrez également trouvez les autres).


Voir l'article
De passage
29 juil. 2015
Bonjour tout le monde,


Puis je tenais à vous dire que j’ai plein de nouveaux projets. L’un est surement la migration vers un site plus professionnel. Cela ne veut pas dire que le blog présent n’existera plus.

Donc ce nouveau site dit plus pro contiendra sa propre boutique, un nouveau blog....Enfin plein de bonnes choses. 

Puis j’ai également prévu de m’acheter un nouveau pc portable, parce que le mien se fait vieux, surtout que je veux utiliser les dernières suites adobe CS6 ou CC. Et la nouveauté que je prévois cette année c’est aussi de me mettre enfin à l’art numérique. Ne jamais dire jamais. Donc ça veut dire que je vais investir dans une bonne tablette graphique. Je pense que ça va être amusant.


Puis il faut que je m’occupe de reconditionnement de mes œuvres. Depuis que j’ai appris au travers de mon dernier stage au Musée de la Cour de Metz comment les conserver le mieux possible et aussi à travers les conseils d’une artiste sur internet. Il va falloir que j’applique tous ces bons conseils pour mes œuvres à moi.

Et enfin pour finir j'espère que pour la rentrée prochaine, je pourrais enfin me remettre à la création plastique et aussi me remettre à faire des expositions, car ça me manque tout ça. 

Je vous remercie de votre fidélité.
Voir l'article
La nuit des musées
17 mai 2015
Hier soir c'était la nuit des musées. 
J'ai donc commencer ma soirée au Vernissage d'Arman Tadesvoyan à la cathédrale de Metz. Voir ses peintures en taille réelle est vraiment très impressionnant.

Ensuite je me suis diriger au Musée de la cour d'or. Ils avaient ouvert au publique toute la partie archéologie et la Nouvelle acquisition du musée : Jean Luc Tartarin. Durant l'ouverture, il y a eu plusieurs manifestation théâtrale, en format court, et très appréciable. De plus, il y avait exposé des travaux fait entre artiste et enfant. Cela était vraiment très intéressant.

Puis je suis aller au FRAC...bah du blabla pour pas grand chose. La galerie n'était pas ouvert...dommage.

Je suis alors diriger vers Faux Mouvement, l'exposition en cours "Exercice de Style", actuellement est très intéressante. J'ai eu un coups de cœur pour l'oeuvre kaffeklasche de  Gerson Bettencourt. Et puis j'ai apprécier participer a l'activité (voir photo).

Les consignes de l'artistes.

Bon faut savoir que j'aime pas faire les portraits et que ça fait deux ans que j'en n'ai pas fait.

A gauche : mon portrait de Aude
A droite : Aude ayant fait le portrait de moi.


Pour finir je me suis diriger au Centre Pompidou-Metz. Je suis d'abord aller voir l'exposition Tania Mouraud. D'abord, une installation, sensé nous menée à la méditation. Elle n'a pas du tout fonctionné sur moi, l'espace blanc puis le bruit m'a totalement été insupportable. En tout cas ça n'engage que moi. Peu d'oeuvre m'on apporté autant d'intérêt que celle ou il y avait une vidéo sonore et les "allumettes" (en fait c'est pas ça du tout, mais c'est la première chose à laquelle j'ai pensé quand je l'ai vu. Je sais, pas de photo, pas de nom d'oeuvre précis. J'y suis allé en touriste, pour mon bon plaisir.
Il y avait aussi une activité de sérigraphie sur tote bag fait par les étudiant de l'Ecole de Condé. C'était sympa.
Puis j'ai essayer d'aller à la dernière exposition présenté au dernière étage. mais il y avait trop de monde, donc de l'attente. Cela m'a alors soûlé. Parce si c'est pour voir une exposition, et ne pas avoir l'espace nécessaire et le temps d'en profité j'en vois pas l'intérêt.
Pour finir, je me suis balader avec mon compagnon dans Phares, cet exposition permanente va continué à me charmé pendant un bon moment. Les œuvres monumentale y sont à leur place.
Voir l'article
sans-titre / untitled
11 mai 2015
Oh une publication arrive !!!

Je sais bien que mon blog est un peu abandonné depuis quelques mois, et je m'en excuse. Faut dire que les études ça prend du temps, et comme ça prend du temps, je n'ai pas assez de temps à accorder à ma créativité.

Enfin j'ai beaucoup de plaisir à faire mon stage et rencontre agréablement les galères de dernières minutes concernant mon mémoire ^^"

Enfin tout ça pour dire, que je reviens, pour un cours labs de temps pour vous présenté cet commande. Depuis des années je travail à la mairie de mon village pendant les vacances d'été. J'y ai déjà fais des peintures murales en activité avec les enfants. L'été dernier j'ai donc papoté avec une des personne qui gère le camping de mes études et de mes projets. Il a été très intéressé et à soutenu la démarche des artistes avec tout travail mérite salaire. Alors il m'a commandé une toile, d'un grand format 100x120 cm avec les éléments qui doivent apparaître sur celle-ci : un bateau, un pêcheur et une étendu d'eau. Pour le reste j'étais totalement libre.
Le sujet, en soit n'était pas le plus passionnant. Mais j'aime les challenge, c'est en sortant de ses habitudes qu'on tente des choses nouvelles. 
J'ai donc voulu faire quelques choses de moderne et coloré. J'ai joué avec les couleurs comme à mon habitudes.

Je vais de ce pas vous laisser apprécier.

D'ailleurs, prochainement, j'irai reprendre des photos chez mon commanditaire. Celle-là ne sont vraiment pas top.

sans-titre, acrylique, 100x120cm, Mélissia Piddiu 2015
sans-titre, acrylique, 100x120cm, Mélissia Piddiu 2015

zoom pêcheur in sans-titre, acrylique, 100x120cm, Mélissia Piddiu 2015
zoom pêcheur in sans-titre, acrylique, 100x120cm, Mélissia Piddiu 2015

zoom pêcheur in sans-titre, acrylique, 100x120cm, Mélissia Piddiu 2015
zoom signature in sans-titre, acrylique, 100x120cm, Mélissia Piddiu 2015
Voir l'article
Global Gam Jam 2015 Luxembourg
02 févr. 2015
Bien le bonjour à tous,

Je sais bien que cela fait un moment que je n'ai pas mis les pieds ici. J'ai tout de même un pieds dans la vie active donc pas facile de trouvé le temps. Mais on trouve toujours un peu.

La cuisine

La cuisine avec le café illimité

Les locaux pour les particpants


Alors dernièrement j'ai participer en temps que "Staff" pour la Global Gam Jam 2015 au Luxembourg avec Aux Frontières du Pixel. Faut dire que j'ai pas fait grand chose car je n'était même pas au courant. C'est seulement à la fin lorsqu'on a présenté  les créations de tout les participants que j'ai eu le droit à cet surprise.
La mascotte, Aux Frontières du Pixel Team

Enfin ma présence à la Global Gam était d'accompagné Thomas Willaume et Sébastien Kanarek (Aux Frontières du Pixel) à la création d'un jeux vidéo en 48h hors concours (et ben oui on ne s'était pas inscrit).

Cette année le thème pour la création du jeu était "What do you do know ?". Faut dire qu'avec un sujet pareil, il y avait de quoi partir dans tout le sens. On a un peu galérer, pis on a trouvé notre inspiration. Nous allions alors créer tout les trois un Point & Clic dans lequel le joueur pourrait faire alors plusieurs actions qui aurait des finalités différentes. 
Il fallait que ce soit fun, et qu'on s'amuse. Nous sommes resté bon enfant et nous avons alors alliés nos différentes compétentes afin de créer ce petit jeu avec 
Sébastien Kanarek : devellopper
Mélissia Piddiu : Graphic Designer
Thomas Willaume : Game and Sound Designer

Sébastien a alors monté le jeu sur Fusion, cela permet de créer un jeu vidéo sans ligne de code. Pour ma part j'ai créer tout l'univers du jeu vidéo en technique traditionnel, c'est-à-dire, le crayon de couleurs et le scanner. J'ai eu le plaisir de faire image-par-image certaines actions afin de créer le mouvement. Thomas, lui, a du chercher sur le merveilleux monde des internets tout les sons sans lesquelles le jeux serait plat et pas du tout fun. Une masse de boulot considérable tout ça.

Le travail sur le son sur Audacity de Thomas

Sébastien en train de développer le jeu

Les garçons en train de travailler
Sébastien et moi en train de bosser
Mon espace de travail

Thomas en train de bosser



Après faut dire que comparé aux autres équipes on était pas trop stressé. Nous avons pris notre temps de dormir, de jouer un peu sur le PC a Heartstone. Jeu sympathique que je devrais tester un de ces jours quand même.

Enfin je vais vous montré des screanshots du jeu. Malheureusement je ne peux pas le mettre en téléchargement ^^".




Et là je vous présente le petit bonus que vous ne pouvez pas voir dans le jeu, car nous n'avions pas eu le temps de le faire.


Voir l'article
"Futile"
07 janv. 2015
Voilà c'est l'avant dernière Nymphe. J'arrive bientôt au bout de ce travail qui va bientôt atteindre sa 1ère bougie. Il me reste encore tant de chose à faire. Comme imprimé un petit paquet  de manifeste.


Voir l'article
Médiations des arts à travers le féminisme et du corps féminin
04 nov. 2014
Ré-édit écrit le 5/11/2014 à 00:30

Ceci est un petit ré-édit. Cet article est une constatation et  pose des questions. Ici rien n'est mon point de vu personnel.

Sur internet j'ai pu voir l’essor de plusieurs petit phénomènes. Je suis une personnes habitué au réseaux sociaux et aux liens qu'on nous partage.

Ici les choses que je constate s'applique tout particulièrement au féminisme, l'art et internet. Je vais essayer de posé des questions, sans apporté de réponse....

J'ai pu voir à plusieurs reprise sur internet différents articles qui montre et démontre que la femmes est toujours représenter au dehors de la "normalité" qu'est la femme. C'est à dire qu'elle est souvent illustré avec des proportion de canon de beauté inaccessible.

D'une certaine manières ces dis-articles mettent souvent en avant ces disproportions qui nuisent la femmes. Ces propos sont alors souvent affilier au combat féminisme, qui est tout à fait louable. Le combat des féministes et d'apprendre à ces dernières à accepter leur corps, leurs désirs, qu'elles soient l'égale de l'homme dans tout ceux qui leur semble possible, sans oublier le respect d'autrui et la tolérance. Le féminisme se bat alors contre les préjugés et le fait que les femmes ou tout autre genre à de simple objet de consommation.
Ces différents articles qui font référence au physique de la femme, sont souvent lier aux arts et à la pop-culture. Ces derniers remette en cause, les techniques de représentation de la femmes étant souvent disproportionné à la réalité. Et que ceci peut alors influencer les personnes qui les regarde à atteindre  ces représentation de canon de beauté. C'est alors que les articles mettent souvent en comparaison un le corps fait par le dessinateur/créateurs face à celui correspondant à des proportion réels.

Est-ce que cela sous-entend que l'art et les représentations humaine que fait l'artiste doivent répondre à une certaine réalité ? Cela pour ne pas froissé les féminisme ? Ou bien ne sommes nous pas assez intelligent pour faire la différence entre la créative et faire notre propre éducation ? L'artiste doit-il être au service de la réalité ? 


Je crois que les artistes n'ont pas à se faire dicter ce qui ne va ou pas dans leurs créations présentant des femmes. Souvent, elle sont alors représentative des contexte des canons de l'époque. Les artistes (littéraire, plasticiens, peintres...) peuvent bien sure être engagé. Je l'ai été moi-même, sur le féminisme mais à ma propres manière. Les messages peuvent être incompris. 

L'artiste en tout cas ne peut pas se faire dicter sur ce qui est bon ou non pour ses créations juste par rapport et des avancement sociétaire. Il a le droit, je pense, de ne pas le faire. Il ne doit pas être limité dans sa créativité.

L'art comme je l'ai dit, est souvent sur plusieurs support, ici c'est l'Art. Donc je pense au cinéma, la danse, et les médias (publicité). La publicité répond à des codes que l'on décode, elle évolue selon des graphismes et mode qui lui sont propres selon le seule objectif, c'est à dire de vendre son produit. La publicité étant médiation, communication via tout les moyens passe souvent par internet, en tout cas de nos jours. Elles utilise alors souvent des clichés et des canons inatteignables. Ici il faut faire sa pub, il faut se faire remarquer que ce soit en sa faveur ou en sa défaveur.On remarquera que si l'une de celle-ci fait quelques choses qui déplaît à la population d'internet, il y aura au moins d'ici une ou deux heures des pétitions pour des demandes d'excuses de la marque, car celle-ci à baisser dans l'estime de ses intéressés et acheteurs potentiel.
C'est de cette manière qu'on voit qu'internet à un certain pouvoir. Les marques cèdent souvent à ce nouveau moyen de communication devenu indispensable. Mais pourquoi les internautes croiraient une seules seconde  les excuses de la marques. J'ai tendance à trouver ceci un peu stupide. Comme ci cela allait réellement régler les choses.

Je pense qu'il serait important d'essayer de comprendre tout ça de se posé les bonnes questions. Celles qui sont posé plus haute ne suffiront peut être pas, j'en convient, mais il faut que cela mène à réfléchir ? Car il faut probablement prendre plus de temps que cela avant de fulminer sur un sujet en désaccord avec le féminisme. Il faut essayer de se mettre au niveau du producteur, essayer tout de même de comprendre, et d'analyser le sujet, le support, les moyens et les concepts avant de crier dessus. Pourquoi cette démarche plutôt qu'une autre pour démontré cet inégalité, ou ces représentations impossibles ?

écrit par Mélissia Piddiu


écrit le 4/11/2014 au environs à 16:40


On voit de plus en plus de lien sur internet qui montre et démontre que les femmes sont toujours montré trop fines, représentant des canon de beauté inaccessibles. Ceci illustrant des pensées et des idées féministe tout à fait à louable dans lequel la femme doit apprendre à accepter son corps et à l'aimer et ainsi combattre cet société qui tend à nous réduire en temps qu'objet de consommation et de désirs.
Ensuite, ce qu'on demande, à travers ces élans de créativité (Disney, Comics....)l y a tout de même une question que je me pose, on quoi la créativité nuit-elle au féminisme ? Car on demande à ses artistes qui créer des femmes inatteignable de peindre le réalisme de la vie courante, du normale, et de l'anodin. Soit on peut on conclure que ces inventeurs d'images doivent être services du message féminisme.
Or je n'arrive pas à le concevoir, car je je crois que le travail d'un artiste n'est pas de répondre au message de la société sauf si il s'engage lui même dedans. Ce qu'on appelle plus couramment un artiste engagé. Mais même si cet artiste si engage, pourquoi devrait-il prendre la forme qu'on lui demande ?
Mon travail sur les Nymphes représentes des femmes avec un physique inatteignable, et pourtant cela n'empêche pas que c'est une série féministe. Je ne vais pas me répéter sur ce qu'est cet série, je vous y renvoie ici.
L'artiste qu'il se bat ou non pour la femme, et libre de ses messages, de ses réflexions et bien sur de ses représentation. Selon moi il à le droit d'envoyer "chier" si idée" qui réduisent de plus en plus la créativité.
L'art ne représente plus la réalité de cela se fait depuis plus d'un siècle. Et on voudrait encore le retrouvé.
Le problème c'est qu'internet donne un élan de prolifération à tout ces propos, au point qu'on en oublie le support et ne pense alors qu'au message.
Je crois que le féminisme ne devrait pas trop interagir et critiquer tout ce qui répond du domaine artistique que ce soit les arts plastiques, la BD, cinéma, danse et aussi la publicité. Oui la publicité reste un facteur artistique il répond à des codes que l'on décode, ou l'a vu évolué à travers les graphismes.
Bien dans la publicité les clichés sont récurrents...bien que cela peuvent en énerver, faut pas oublier la première vocation du publicitaire, c'est faire vendre le produit et faire parler de lui. Que celui-ci soit en votre faveur ou défaveur cela contribuera à faire sa pub et à en faire le buzz. On retrouve ces démarche dans les publicité pour les vêtements ou beautés sur le web pour les marques qui partages via les réseaux sociaux. On remarquera que si l'un de celle-ci fait quelques choses qui déplaît à la population d'internet, il y aura au moins d'ici une ou deux heures des pétitions pour des demandes d'excuses de la marque, car celle-ci à baisser dans l'estime de ses intéressés et acheteurs potentiel.
C'est de cette manière qu'on voit qu'internet à un certain pouvoir. Les marques cèdent souvent à ce nouveau moyen de communication devenu indispensable. Mais pourquoi les internautes croiraient une seules seconde les excuses de la marques. J'ai tendance à trouver ceci un peu stupide. Comme ci cela allait réellement régler les choses.
C'est de cet manière que je trouve tout est lier, car bientôt on demandera aux artistes qui dessine des personnes squelettique ou de grosse femmes de trop représenter certaines tare de la société au lieu de représenté la normalité.
Son travail à l'artiste est toujours et encore de représenter ce qu'il veut ainsi que le message selon ses moyen et sa propre réflexion.
C'est à vous de se mettre à son niveau, d’essayer de comprendre avant de fulminer sur lui. Car la critique est bien plus intéressante lorsqu'on est capable de comprendre et d'analyser le sujet.
Voir l'article
Renard
20 oct. 2014
Voilà la petite réalisation d'une commande. 
Un renard en aquarelle, format 10x12cm. Mélissia Piddiu 2014.

Il n'y a rien à dire de plus :D


Voir l'article
Occupée mais pas inactive
15 oct. 2014
J'ai actuellement fini ma période d'essai pour le petit boulot à temps partiel que je me suis trouvé. 
Il faut s'attendre qu'il y ai moins de publication sur ce blog, mais le peu qu'il y aura sera de qualité.

Le master, le mémoire, le stage, le boulot, et les commandes me fait devenir une femme de plus en plus active. Pour mon bien je me dirige l'avantage vers l'indépendance. Et cela j'en suis fière.

J'espère que vous comprendrez cet petite baisse de participation.
En tout cas je travail toujours sur mes projets en cours :
- les Nymphes
-commande de 120x100cm
-commande de 10x12cm
-cadeau concours 500 j'aime (Iron Man en encre de chine)
-préparation de création en gravure.

De plus, dernièrement j'ai reçu ma commande de mes dernières cartes de visite, et de mes impressions de carte postale d'une de mes En-Collé "Tsss !!!". Je vous présenterai ça tout bientôt.
En tout cas je vous souhaite bonne continuation. Et n'oubliez pas de soutenir l'art sous toute ses formes comme j'apprécie de le faire.


Je pense également après avoir fini mon master, prendre officiellement le statut d'artiste, de cet manière je pourrais enfin être considéré comme une professionnel. Mais je vous tiendrais davantage au courant quand j'y serais enfin arrivé. 

Je vous dis à bientôt :D
Voir l'article
RégieInfo Mégavision
07 sept. 2014
Une petite apparition :)

Voir l'article
Blanche
04 sept. 2014
Tout simplement, une petite aquarelle que j'ai réalisé la semaine dernière.
Elle a eut pas mal de succès déjà. 

Je suis assez fière de moi.






Voir l'article
Mzelle Ginger Owl by Julie
02 sept. 2014
Petit apparition dans son article :D 

Je la remercie grandement pour cela. C'était vraiment une superbe journée ce festival.

Découvrez le site de Julie : http://mzellegingerowl.com/

Bonne visites
Voir l'article
Entre temps nuageux, soleil et pluie l'expo est toujours là !
24 août 2014
Des merveilleuses rencontres.

Ah cet journée juste merveilleuse. J'ai eu l'occasion d'y rencontré des gens super. Le staff était au petit soin de ses exposants et le lieu était vraiment très agréable.
Le seul problème la pluie du matin. Difficile de mettre en place une installation par un temps pareil. Du coups je n'ai présenté que mes création bidimensionnels : Les Nymphes, En-Collés et carnet de croquis divers.

Sans plus attendre je vous présente un peu les différents créateurs qui étaient présent, ou du moins ce dont j'ai pu récupéré la carte de visite pour être sur de ne pas oublier.



  • D'abord il y a REDPALN qui réalise des Illustrations Calligraphiques. 
  • Le Monde des Merveilles design Aya-Sali, une créatrice qui réalise robe, et autre objets décoratif en magnant crochet et du tricot.
  • Ipono et les sac de douleurs, un conte écrit par Morgane Miltgen et Illustrer par Claire Munier étaient présent. J'ai lu cet histoire pour enfant, et je la trouve vraiment très touchante.
  • Serge Pourrawski un poète qui écrit sur mesure, il m'a écrit le jour même une poésie qu'il m'a autorisé à partager, donc je la posterai ici d'ici peu, et je pense même en faire une illustration :D
  • Bernard Hild un artiste peintre photographe.
  • Akistuna est un jeune dessinateur très douée qui se plait à créer des paysage médiéval tout en fusain.
  • Phil Jacques/Philooh est un peintre dont les création portraitiste nous font retomber en enfance. Les visages sont ici déstructuré de manière à ce que le spectateurs puir en saisir l'émotion.
  • Les photos (amateur) de Daniel Lesniewski, il m'a fait découvrir ses insectes avec une tel précision et ces moments qu'il à réussi à capter. Ici l'image est captivante.
  • Samuel Di Lorenzo est un cuisiner et dessinateur et illustrateur.
  • Irie Drum est un instrument artisanal a diverse sonorité à la fois féérique, asiatiques. Ici le son n'est pas difficile à manier, on apprend et on aime entendre.
  • Laura Schneider aka Fresh Milk est une illustratric et une design graphique. L'occasion de découvrir un univers enfantin travailler à la plume et à l'encre de chine. 
  • Nathalie Aubrun est une artiste peintre.
  • Nadège Thomas, peintre et créatrice de bijoux.
  • François Muller, un autre photographe amateur également très douée.


Puis il y en avait encore tellement d'autre, si vous voulez voir le reste je vous invite à découvrir à nouveau cet article qui liste tout le monde.

Maintenant les photos, tout celle qui sont présenté ici ont été prise par mon compagnon, du coups un peu mal cadré. Mais bon on va le pardonné :3























Voir l'article
Un festival culturel de première
20 août 2014

Petite apparition dans le Républicain Lorrain :D


Voir l'article
Enchanteresse Argothienne
15 août 2014
Petit cadeau pour un ami.

Enchanteresse Argothienne inspirée de l'Illustration de Daren Bader dans l'édition Epopée D'Urza Magic the Garthering.

Aquarelle, encre ce chine et crayon de couleurs sur papier aquarelle moyen grain format A3,
Mélissia Piddiu 2014
Voir l'article
Le temps de travail de l'artiste ou le rien et l’inactivité de la vie quotidienne devient source d'inspiration.
14 août 2014
L'artiste est par définition un créateur du beau, bien sure il reste tout à fait relatif selon la sensibilité de chacun. Lorsque l'on regarde les créations artistique qu'il produit, qui sont tantôt simpliste, tantôt travaillé, le spectateur lui ne peut se rendre compte du processus de création
Le temps de travail et non-travail de l'artiste tiens ici une place importante. Lors de cet phase de production d'objet plastique les concepts, les idées et la qualité technique ainsi que la recherche se mêlent au quotidien. C'est ce quotidien, et ces banalités qui permettent aussi à de nouvelles créations.


L’atelier de l’artiste


Dans l’atelier, l’artiste dispose de plusieurs moyens lui permettant de s’exprimer plastiquement. On parle le plus souvent de technique, du mimétisme et aussi des concepts.

La technique


La technique ou plutôt les techniques artistiques qui sont à la porté de l’artiste sont variés. L’énumération des techniques est plutôt longue : huile, acrylique,aquarelles, eau forte, pointe sèche, crayons de couleurs, pastel sec/tendre, sculpture, vidéo, photo, sonore, installation....
A travers ces divers moyens d’expressions, le créateur passe souvent par un même processus de création. L’artiste illustre son idée a travers des croquis et des esquisse. Puis après cet étape plus au moins longue il faut créer. Et là encore l’artiste peut réaliser selon des temps de travail tout à fait inégale, afin d’arriver au résultat qui lui est fixé. 
Il est important de notifier que lors de cet phase de production artistique, l’artiste peut être confronté à plusieurs problème devant lesquels il devra remettre en cause son travail et donc tout recommencer.
Le travail technique de l’artiste s’évalue aussi par sa méthode d’apprentissage et de maîtrise. Si l’on conçoit que l’art s’apprend souvent par la relation professeur-élève, il n’est pas générale. Si suivant la première possibilité d’apprentissage on considère que l’on apprend plus vite. Apprendre en autodidacte, c’est aussi faire l’apprentissage de ses erreurs et de ses propres expériences. Ceci est un avantage qui nous mène à une certaine recherche plastique. Ce néophyte n’a plus de contrainte. Il conçoit comme il l’entend au gré de ses envies. 

Le mimétisme


L’artiste fait souvent acte de mimèsis par le biais de ses créations. Même si au début des premières ères cela se devinait à travers les peintures rupestre, il s’est depuis largement amélioré. Au point de reproduire et surtout exagéré les traits de l’homme et la nature. Les spectateurs lambda ont tendance à évaluer la qualité d’un artiste par sa capacité à copier la réalité. Ceci se justifie par ce qu’il comprend de l’art. Un artiste sera de plus en plus considéré douée selon sa reproductibilité du réel. 

En contre-partie, l’artiste qui aura tendance à faire le «moins» d’effort selon les concepts de ready-made ou de croquis sera incompris et abandonner dans l’esprit des spectateurs. 
Le mimèsis est arrivé à son summum avec les technologies fournis dans notre siècle. L’artiste a à sa disposition la photographie numérique et internet lui permettant de copier/coller tout ce qu’il l’entoure tout en se l’appropriant. Ainsi avec ces moyens dit «facile», l’artiste créer plus vite, sans le moindre effort. Et c’est quand il devient facile que l’on peut voir émerger toute sorte de nouveau copieur dans le monde de l’art médiatisé qu’est internet : ce sont des amateurs. 
Le mimèsis s’est développer au fil des siècles pour ressembler de plus en plus à la réalité et elle a été ré-interpréter  pour être déformer. C’est de cette manière qu’on nous présente alors une réalité alternative. Les techniques artistiques ont évolué au point de se détacher sur ces derniers siècles  de la vérité/vrai qu’est le monde.
Par nature les créateurs sont voués à reproduire la réalité et ce qui à déjà été produit auparavant. Cela fait partie de la méthode d’apprentissage. Ils apprennent en recopiant réalité, tableaux, photos...Elles représentent autrement.  Il est évident que de nos jours, nous faisons un pas en arrière. Les artistes professionnels et amateurs se plaisent à copier les photos, certes avec un hyper réalisme impressionnant. Cet copie est pourtant dénué de sens. On le fait sans que cela n’apporte vraiment quelque chose. La copie c’est «facile». Bien qu’il y est un vrai travail de perfection, le niveau de création lui est nul. 
Les techniques que sont le pointillisme, le futurisme.... sont exemples du changement qui était nécessaire dans la vision du monde. Pourtant ces techniques ne sont pas dénué de mimétisme. Le mimétisme a ses limites.

Les concepts


Un artiste ne travail que sur l’esthétique visuel mais aussi sur les idées qu’il veut émaner de ses projets.
Les spectateurs ne se rendent pas toujours compte de cet aspect de l’oeuvre qui n’a pas qu’un rapport physique sur la conception du beau. Un concept est une idée en germe de manière permanente.
Ces idées se basent surtout sur l’incompréhension que génère l’art contemporain face au public dit « néophyte » dans les lieux qui les expose.
On ne comprend pas toujours comment naissent les concepts des artistes. Vu que parfois le résultat semble tellement «facile». On pense à certain courant artistique comme l’Arte Povera ou encore au Minimal Art,  des concepts dit simple, mais ces systèmes de pensée sont représentatifs de la société actuel. Bien sur tout ceci n’est vu que d’une point de vue purement subjectif de la part des artistes qui traite ces sujets.
Mais comment germent ces idées ? Dernièrement dans la ville de Metz nous avions eu droit à l’Exposition WC Nationale initié par Vadim Kornilofff, le but de cet exposition dans les toilettes des restaurants était d’exprimer une incompréhension des artistes non-reconnu et pourtant talentueux qui eux n’avaient pas leur place dans les musées institutionnel. Ces derniers ont tendance à choisir d’exposer toujours la même chose, c’est à dire des idées plutôt que des images. C’est donc ceci qui a créer un débat entre les artistes et les musées. Le problème ce sont les institutions qui choisissent les concepts et les artistes à exposer. Ce n’est pas résolu, mais ce sont tout les deux des idées intéressantes qui mènent à faire avancer la pensée du spectateur.
Et c’est cet pensée que l’artiste veut faire évoluer à travers ses diverses créations plastique. Elles ne sont pas toujours directement perceptible dans un premier temps, mais suivant comment sont utiliser les oeuvre, ou même le titre on peut comprendre. Puis c’est au spectateurs d’être curieux et de se renseigner sur le pourquoi de ce oeuvre ?

Après avoir effectuer toutes les étapes menant à la conception de son oeuvre l’artiste ne peux s’arrêter ici. L’artiste à ses débuts fait aussi toute la communication.





La visibilité de l’artiste


Le travail ne se limite pas seulement à sa production artistique mais aussi l’effort qu’il peut fournir afin de faire connaître ses créations. 

Internet


La toile de ce support médiatique et un réseau et des contacts potentiel pour l’artiste. S’il veut avoir une chance de se faire remarquer il faut s’exposer su cet interface qui ou la critique n’est pas facile. Il faut alors être présent sur les réseaux sociaux spécifique à l’art et ceux plus générale. Ici l’écriture à autant d’importance que la présentation de l’image. 
Le travail est une recherche constante d’information et de mise à jour afin de rester actuel dans ce monde ou out va toujours plus vite.

L’exposition


L’exposition est aussi un travail en soi pour l’artiste. Bien que cela relève plus de la communication elle est essentielle pour se faire connaître. Comment est-il possible de communiquer son art si l’on ne devient pas publique ? L’artiste doit se montrer et s’exposer via différents média. 
L’exposition permet de montrer et mettre en scène ses réalisations. L’artiste, au début de sa carrière doit souvent gérer lui même  le tout et  faire ses choix. 
Il faut aussi savoir faire partie d’un groupe, souvent à plusieurs on se fait mieux remarquer que tout seul. Il faut également savoir faire son contraire, travailler seule. 
Le travail d’artiste, consiste aussi à se faire des contacts sortir, et rencontré des personnes travaillant dans le milieux. On pourrait répondre à ça qu’il existe des artistes marginaux qui ne veulent pas se faire connaître. Ceux-là ne sont alors pas concerner par leur problème. Un artiste, bossant pour lui, n’est qu’un amateur ?! Un artiste cherche à se faire connaître. Même si ça rate il continue d’essayer. Bon, le problème c’est que parfois, cela arrive post-mortem. 
Alors pourquoi certains artistes ne sont-ils reconnu pour leur talents qu’après leur mort ? Faut avouer que ce sont souvent les personnes gérant ces institutions artistiques qui décide ce qui est beau, ce qui est une merveilleuse avance conceptuel. 
Donc nous pouvons également inclure dans le travail d’exposition tout les contacts professionnels qu’il est nécessaire de se faire pour se faire une petite place dans le monde de l’art.


L’inactivité au service de l’oeuvre


Nous en parlons jamais assez de ce temps ou l’artiste ne fait «rien». Ce temps ou l’artiste n’est pas dans son atelier à travailler son oeuvre ou ses moyens de communication. L’artiste est un tout, quand on regarde son oeuvre on regarde tout ce qui est arrivé pour devenir ceci. Et des fois c’est le quotidien qui nous rattrape pour donner l’idée supplémentaire pour notre projet artistique.

Social


Dans la vie de tout les jours des artistes, ils y en a certain qui pratiquent une activité annexe à leurs créations. Cela peut être un travail ou des études dans divers domaines qui ne sont pas toujours lié à l’art. C’est à travers la rencontre de ces nouvelles personnes qu’on peut d’abord se faire des contacts supplémentaires dans le domaine artistique. Les artistes agrandissent alors leur entourage de tout horizons. Rencontrer des personnes dans un domaine différent du tiens ou de ce qu’il a  grandit habituellement lui confère de nouveaux sujet de conversation. Comme tout le monde ne fait pas la même chose, les débats, les conceptions et les délires change. Puis on en parle pas sérieusement, mais l’idée qui est parole en l’air peut devenir par la suite une réalisation plastique d’avenir. 


Quotidien


On a souvent tendance à penser que les tâches quotidienne, ruine un peu la vie et la création de l’artiste. Il est probable que ceci peut avoir une influence positive ou négatives sur ses productions. C’est alors durant certaines tâches du quotidienne que l’artiste peut être également amené à avoir de nouvelles idées (au marché ou en faisant la vaisselle). L’imagination peut fonctionné sous forme de déclic, quand notre cerveau se repose lors des tâches répétitive.




Conclusion

Le temps de l’artiste, qu’est-il vraiment ? Est-ce le processus ou le temps du regard de l’autre. Comment se représente-t-il
réellement ? On ne peut vraiment le définir car le travail se divise et se volatilise avec le résultat de l’oeuvre d’art.
Le travail se perd alors également et il ne reste rien d’autre que l’objet en lui même et sa valeur purement subjective.

Notes : 
Référence à la peinture de la grotte d’Altamira (v. 15 000 av.J.-C.)
Référence aux études d’anatomie de Leonard de Vinci à la Renaissance
Ready-made avec Fontaine ou Roue de Bicyclette de Marcel Duchamps.


Texte écrit par Mélissia Piddiu



Pour aller plus loin :

Les tactiques de chronos, Etienne Klein


Voir l'article